Pandémie : le jeu qui en a contre la Terre entière !

C’est l’un des jeux que j’ai eu la chance de jouer au Festival International des Jeux qui s’est déroulé à Cannes en février dernier (lien de l’article ICI). Il ne m’a pas tout de suite tapé à l’oeil, mais les circonstances ont fait que je me devais d’acheter ce jeu, je vais vous expliquer.

Le contenu

La boite est assez fine et pas trop grosse, facile à transporter. 
Elle contient :
– le plateau
– les cartes personnages
– les cubes de maladie (une maladie = une couleur) et station de recherche
– les marqueurs : remède et éclosion
– les différentes cartes ville : propagation et joueur

Le but du jeu


C’est un jeu coopératif, il faut donc jouer tous ensemble et s’unir pour battre le jeu et ses maladies. Le but est de trouver les 4 remèdes avant que tout parte en cacahuète !

Le déroulement de la partie


Il y a énormément de détails, je ne vais pas recopier les règles du jeu, seulement vous expliquer en gros le mécanisme du jeu.

Lorsque la partie commence, il y a déjà sur le plateau des cubes de maladie, un centre de recherche.
 Ce dernier sert à trouver le remède (et on peut aussi se déplacer de centres en centres). Pour cela, il faut réunir 5 cartes de la même couleur pour avoir le remède de cette couleur uniquement.
Chaque joueur à une carte personnage qui a un « pouvoir » particulier, par exemple le scientifique n’a besoin que de 4 cartes pour le remède.
Chaque ville est d’une couleur, qui fait référence à la couleur de la maladie, exemple : Madrid est en rouge, il n’y aura que des cubes rouges dessus.

Il y a 3 phases :

4 actions : le joueur effectue 4 actions : déplacement, échange de carte, enlever des cubes, poser un centre. Le déplacement se fait de ville en ville en suivant les lignes imposées sur le plateau

piocher 2 cartes : le joueur a le droit de garder jusqu’à 7 cartes sur lui, ce sont des cartes de villes qui permettront de trouver le remède en réunissant 5 cartes de la même couleur.
Le joueur peut tomber sur une carte Epidémie, qui signifie que les cartes « Propagation » de la défausse sont remit en jeu, donc…aïe ils vont retomber = des chances d’Eclosion(s) !

propagation des maladies : le joueur pioche ensuite 2 cartes dans un autre paquet. Les villes ont un cube de couleur supplémentaire à chaque ville piochée.

Si une ville a plus de 3 cubes, il y a Eclosion. Et si le marqueur Eclosion (colonne de droite du plateau) arrive tout en bas, la partie est finit.

Mon avis

Il y a pleins de détails que je n’ai pas cité qui fait que le jeu est difficile. Si on a pas le temps d’enlever des cubes et que l’on tombe sur une carte Epidémie, ça devient tout de suite beaucoup plus compliqué à gérer.
Les stratégies sont diverses, le but étant vraiment de travailler en équipe.
On a perdu à de nombreuses reprises, ce n’est pas un jeu facile, il est stratégique, on sent que le jeu est contre nous !
Ce qui m’a poussé à l’acheter c’est que je voulais gagner. En fait, dès qu’on perd à ce jeu, on a tout de suite envie de rejouer jusqu’à ce qu’on finisse par gagner la partie.
Je conseille Pandémie pour les joueurs intermédiaires de jeux de société stratégique.

A lire également Love Letter

La Japan Expo Sud

Le premier weekend de mars a eut lieu une importante convention pour les geek marseillais, j’ai nommé…LA JAPAN EXPO SUD !
Mais cette année fut spéciale car elle ne fut pas d’actualité en 2014. Elle est donc revenue en 2015 avec plus d’espace, de partenaires, d’exposants. 
Il y a beaucoup plus d’espace pour voguer dans les allées c’est très agréable, sans doute plus d’exposants mais personnellement je n’ai pas vu la différence.
Au niveau des activités, je ne sais pas pour les deux premiers jours de la convention car j’y suis allée le dernier jour (pour profiter des prix en baisses) mais il n’y avait pas grand chose, pas beaucoup d’ambiance et c’est dommage.
Je devais vlogger mais encore une fois je n’ai pas eu le courage, alors je vous ais fais un petit clip vidéo. J’espère que vous allez la regarder et n’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en avez pensé.